Partagez | 
 

 Quand on est pas doué... [pv Alphy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Mer 28 Déc - 22:00


La bibliothèque était un lieu que Peter détestait par-dessus tout. Certes, il en reconnaissait (très vaguement, et quand il ne faisait pas preuve de mauvaise foi) l’utilité, mais ce lieu n’était tout simplement pas fait pour lui. Vous direz sûrement qu’il faisait preuve de beaucoup de mauvaise volonté (et vous aurez raison) mais c’était un fait, il avait le sentiment que ce lieu était tout bonnement et simplement en totale contradiction avec tout ce qu’il était. Déjà, il y avait ce silence pesant. Certes, Peter était loin d’être un grand bavard, mais le silence de bibliothèque avait quelque chose d’infiniment oppressant que les autres lieux n’avaient pas, et cette atmosphère studieuse… non, ce n’était vraiment pas fait pour lui. Peter devait être l’un des individus les moins studieux qui puissent exister, et ce n’était même pas vraiment parce qu’il était une tête brûlée comme pouvaient l’être James ou Sirius, c’est juste qu’il était incapable de se concentrer sur ses devoirs, quand bien même il était autrement tout à fait capable de passer des heures à regarder dans le vide comme un sinistre abruti. Il n’était pas intelligent et -d’après ses dires, je n’invente rien- il avait la capacité de déduction et d’analyse d’une huitre. Et encore, dire une chose pareille, c’était insulter les huitres.

S’il s’était retrouvé à la bibliothèque, ce n’était donc vraiment pas au nom d’une envie soudaine de s’instruire et de travailler, mais parce qu’il avait un devoir à rendre pour le lendemain, et qu’après maintes supplications, Remus avait tenu bon et n’avait pas accepté de l’aider à le faire. Etant donné que lui-même n’avait rien écouté en cours et n’était de toute façon pas capable d’emmagasiner la moindre information très longtemps, Peter s’était obligé à passer les heures qu’il lui restait avant le couvre-feu dans cette atmosphère qui lui était totalement hostile… Il lui fallut de très longues minutes pour trouver les livres qui seraient nécessaires à la composition de son devoir (et encore, il n’était pas certain qu’ils seraient vraiment utiles). Quand ce fut fait, il chercha la table la plus isolée possible (son côté vaguement paranoïaque, pensant que tout le monde se moquait de lui dans son dos l’incitait à penser que, quand il était à la vue de quelqu’un, ce quelqu’un se payait sa tronche) et s’y installa. D’un geste déjà las, il déposa lourdement ses livres sur ladite table et s’installa sur une chaise - tout aussi lourdement. C’est dans un profond soupir qu’il tira de son sac un morceau de parchemin et une plume. Il lui fallut plusieurs minutes, durant lesquelles il soupira longuement, avant de se décider de feuilleter le premier des cinq volumes qu’il avait pris avec lui…. Pour ne rien y trouver. Si seulement il savait ce qu’il devait trouver, exactement.

Il lui fallut deux longues heures pour écrire finalement cinq misérables lignes d’introduction, suivie d’une moitié de phrases.. Que Peter n’était plus capable de finir, étant donné qu’il avait passé ces cinq dernières minutes à rêvasser au lieu de faire ce qu’il avait à faire. Autant dire, donc, que quand des pas se rapprochèrent de la table où il se trouvait, il était très loin d’être arrivé à quoi que ce soit, et plutôt décidé à abandonner et essayer une nouvelle tentative de corruption auprès de Remus pour qu’il finisse par céder. Il n’allait quand même pas le laisser avoir un Troll! Quoi que ce ne serait pas (du tout) la première fois… Dans un nouveau et dernier soupir, il s’apprêtait donc à se lever, à prendre ses livres, et à laisser sa place, que quelqu’un venait de se rapprocher de sa table. Il avait tout d’abord eu l’intention de partir d’autant plus vite qu’il y avait très peu de gens dans toute l’école qu’il puisse avoir envie de voir, mais il changea ses plans après avoir constaté de qui il s’agissait. Car il ne s’agissait pas de n’importe qui…

C’était Alpharia, sublime Alpharia… et sympathique, au demeurant - du moins le pensait-il… ou voulait-il le penser, plutôt. Puisque c’était elle, il changea ses plans, et lui adressa un :


« Salut. »
légèrement timide.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Jeu 29 Déc - 10:29

Cette journée avait été plutôt bien remplie pour la jeune Vaughan. Au programme : Ridiculisation de Rose Weasley, rencontre étonnante avec Pansy Parkinson et Trois heures de cours avec Amycus Carrow. Elle avait décidé de finir cette journée à la bibliothèque pour faire son devoir de Magie Noir.

Quittant la Grande Salle après son dîner, Alpharia se dirigea vers le Grand Escalier, direction sa Salle Commune. Elle gravit rapidement les escaliers, ses éternelles ballerines noirs martelant les marches de pierre. En moins de 10 minutes, elle fut en haut et se dirigeait déjà vers le heurtoir. Répondant rapidement à l'énigme de l'aigle, elle attrapa son sac et redescendit au 4ème étage. Là, elle pris la direction de la bibliothèque, sanctuaire de silence et de sagesse. Il était reposant de si retrouver pour faire le point sur ses pensée et réflexion dans le calme et le confort de la pièce aux mille livres.

Elle prit la direction des étagères, farfouilla un peu et dénicha un livre qui n'aurait jamais dut être autorisée. Envoyant ses cheveux noirs et bouclés fouetter l'étagère, l'héritière Vaughan se tourna précipitamment et embrassa l'assemblée de son regard. Elle aperçut alors un homme Rouge et Or. Parfait. Son jeu préféré. Du moins jusqu'à un certain moment. Maintenant, maintenant ce n'était plus pareil.

Elle se dirigea gracieusement vers lui et lui assena un sourire à vous faire fondre. « Salut » lui dit-il timidement. Elle lui sourit de plus belle, sachant qu'elle allait bien s'amuser. « Salut Peter, comment ça va ? » Elle s'installa près de lui et rejeta une nouvelle fois ses cheveux longs en arrière.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Ven 30 Déc - 16:15

Avoir un tel pouvoir sur autrui sans rien avoir à faire sinon être, cela impressionnait toujours Peter. Alpharia était extrêmement belle, et elle savait parfaitement en jouer, elle faisait partie de ces personnes - un peu comme Sirius - que les gens suivaient du regard quand elle marchait dans une pièce, de ces personnes qui, par leur simple présence, auraient pu séduire n’importe qui, et Peter n’était pas le dernier à être séduit, bien au contraire. Il était tout sauf insensible aux charmes de la serdaigle. Certes, son cœur ne s’emballait pas autant que lorsqu’il se retrouvait en compagnie de Poppy, mais malgré tout, c’aurait été mentir que de dire qu’Alpharia ne lui était pas indifférente. En grande partie parce qu’elle était charmante, et en petite partie parce qu’il enviait à la serdaigle toute l’assurance dont elle savait faire preuve, lui qui n’en possédait pas le tiers. Elle était tout simplement sublime dans tout ce qu’elle faisait quand lui-même était invisible, et totalement insignifiant. Qu’elle ait accepté de lui adresser la parole tenait d’un mystère que Peter n’avait toujours pas réussi à résoudre. Bon, c’est vrai, s’il avait bien voulu tenir compte de la réputation de la bleue et bronze, il aurait pu facilement comprendre qu’elle l’utilisait, au moins en partie. Mais alors qu’il avait l’impression d’être devenue la bête noire de gens qu’il ne connaissait même pas, voir un regard amical se poser sur lui lui faisait le plus grand bien. Il préférait croire qu’Alpharia était sincère. Même si cela risquait fort de lui retomber dessus tôt ou tard. Comme pas mal d’autres choses.

« ça va bien. Et toi? »


Il était inutile de s’épancher sur ses états d’âme. D’ailleurs, Peter avait pris l’habitude de les garder pour lui. Il était intimement convaincu que personne ne s’intéressait à ce qu’il avait à dire ou à ce qu’il pensait… et c’était sans doutes vrai, qui donc pourrait trouver de l’intérêt à ses stupides jérémiades? D’autant plus qu’elles se basait en grande partie sur du vide… et un vide qu’il était bien incapable de comprendre. S’il avait dû mettre des mots sur ce qu’il pensait, il n’y serait pas parvenu… Il n’avait jamais été doué pour énoncer clairement les choses… il n’avait jamais vraiment été doué pour grand-chose en fait. La preuve, il n’était pas doué non plus pour mener une conversation intéressante. Tenez, il ne trouva par exemple, à ce moment précis, rien de mieux à dire que.


« Tu prépares la magie noire? »


C’était totalement stupide et inutile, comme question, mais il n’avait rien trouvé de mieux à dire, et il n’avait pas envie que le silence se fasse, déjà qu’Alpharia acceptait de s’asseoir avec lui sans qu’il ait eu à le lui demander, il voulait qu’elle ne regrette pas d’avoir choisi de passer un peu de temps en sa compagnie. Qui plus est, s’ils se taisaient après ces quelques formules de politesse, il serait dans l’obligation de poursuivre son travail et il n’en avait pas la moindre envie. Avec un peu de chance, Alpharia serait mieux que lui embrayer sur un sujet de conversation plus intéressant.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Ven 30 Déc - 16:49

Alpharia regardait Peter avec intérêt. Elle trouvait ça drôle la façon dont il se comportait, la façon dont il la regardait. Elle avait du mal à imaginer que quelqu'un avec si peu d'assurance et de confiance en lui puisse exister. « Ca va bien. Et toi ? » Elle réfléchit un moment avant de répondre. « Plutôt bien mais je me suis fait coller avec ton copain un peu débile. Black. » Alpharia fit une grimace pour démontrer son dégout du personnage.

Elle se mit alors à penser, réfléchir. Apparemment, elle n'était pas la seule à vouloir attirer Peter de son côté. Black et Potter était aussi sur le coup. En même temps, une personne aussi facile à manipuler, tout le monde en veut. La jeune Vaughan avait quand même un avantage, voir plusieurs. Tout d'abord son physique très avantageux, son art de la manipulation et son intelligence débordante. Bon il est vrai qu'elle se surestimais un peu mais bon, en quoi flatter son ego est-il mal ?

La jeune Bleu et Bronze fut tiré de ses pensée par une phrase du Pettigrow. « Tu prépares la magie noire ? ». Elle ne saisit pas tout de suite le sens de la phrase, trop absorbé par ses réflexion et puis, elle vit le regard du Gryffondor se poser sur son livre. « Hein ? Ah oui, j'adore cette matière. Et toi ? » Premier test. Elle allait pouvoir voir de quoi était fait le petit lionceau. Et également voir son niveau de bouffondorerie, pour savoir précisément si il sera difficile de l'inclure totalement dans le clan du seigneur des Ténèbres ou non. Elle ponctua sa phrase de son habituel rejetage de cheveux en arrière, digne d'une publicité pour la gamme de shampoing Lissenplis.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Dim 1 Jan - 15:54

Il était particulièrement rare pour Peter d’entendre qui que ce soit traiter Sirius d’imbécile. En fait, ça devait être la première fois… si on oubliait celles où ces mots avaient été prononcés par Servilus. Mais ce n’était pas comme si l’avis du vert et argent comptait, après tout. Là, entendre Alpharia dire de l’un de ses meilleurs amis qu’elle ne l’aimait pas provoquait chez lui des sentiments contradictoires. Bien sûr, il avait envie de défendre Sirius. Après tout, le rouge et or était un modèle, pour lui. Peter, loin de le trouver débile, aurait absolument tout donné pour lui ressembler, ne serait-ce qu’à moitié. Mais en dépit de cela, il ressentait une certaine fierté - fait rare chez lui - qu’il ravala très rapidement, bien sûr, parce que c’était mal. Oui, il était plutôt fier qu’une fille comme Alpharia, qui était si belle et sûre d’elle s’intéresse davantage à lui qu’à son camarade, qui pourtant avait à ses pieds presque toute la faune féminine de Poudlard.

Evidemment, il passait totalement outre toute la manipulation qui se dissimulait derrière tout cela. Il choisit au final de ne pas réagir. Défendre Sirius, c’aurait peut-être été baisser dans l’estime de la serdaigle, mais en même temps, il n’avait aucune envie de casser du sucre sur le dos de Patmol… il s’effrayait lui-même du fait qu’il aurait eu beaucoup de choses à dire. Tant d’admiration entraînait forcément une certaine jalousie. Et cette jalousie, parfois, le rongeait. Plus qu’il ne voulait l’admettre.

Heureusement, il n’eut pas à se demander longtemps s’il avait bien fait de ne pas réagir ou non, puisqu’Alpharia répondit à la question pour le moins assommante qu’il lui avait posé (ce qu’il pouvait être nul, quand il s’agissait d’être… intéressant, tout simplement!). Quand elle lui demanda si lui-même aimait la magie noire ou non, il se demanda s’il devait mentir ou pas. La vérité, c’est qu’il haïssait cette matière. Pas comme on peut détester une matière parce que la tête d’un professeur ne nous revient vaguement pas, il avait peur (pour ne pas changer), et cette peur lui serrait les entrailles à chaque fois qu’il s’apprêtait à aller en cours. Il détestait les Carrow. Ces gens lui faisaient froid dans le dos, et leurs méthodes… Rien que d’y penser, il avait des frissons. Non, vraiment, la magie noire, ce n’était pas son truc. Qu’Alpharia dise adorer cette matière aurait pu lui mettre la puce à l’oreille, je sais bien, mais elle se montrait tellement adorable avec lui que Peter n’y voyait que du feu, il voulait même croire qu’il y avait du bien en elle, c’est dire… Finalement, il choisit un demi-mensonge, c’est toujours mieux que rien.


« Moi et les cours, tu sais… »
fit-il dans un haussement d’épaules.

Et le propos, même s’il ne s’agissait même pas d’une phrase finie, était plutôt parlant. Peter n’excellait nulle part. A son époque, à la limite, il était bon en étude des moldus, mais à cette époque, même pas… Quiconque avait assisté à ne serait-ce qu’un cours en sa compagnie pouvait facilement juger de l’étendue des dégâts.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Dim 1 Jan - 17:25

Elle attendit sa réaction, vis à vis de ses propos envers Sirius, mais elle ne vint pas. Pas mal Peter, pas mal. Elle ne le testerais pas comme ça alors. d'un autre côté, le fit qu'il ai gardé le silence sur Sirius prouve qu'il ne l'a pas non plus défendue. Tout n'était donc pas perdue. Cette pensée la fit sourire.

Quant à son autre teste, il se révéla plus concluant. « Moi et les cours, tu sais… » Bien sur qu'elle savait que lui et les cours faisait 2 (voir 4), pas besoin qu'il lui rappelle. Au moins il confirmait une chose comme ça, elle était loin de se l'être accaparé à part entière et il y avait encore du boulot. Beaucoup de boulot. mais avec un esprit aussi faible, ce boulot pourrait très vite être terminée. Il était encore trop dépendant de Black et Potter et il fallait que cela cesse vite. Après tout, on ne savait pas encore quand ils pourraient rentré dans leur époque et plutôt elle aura convertit le plus d'élèves (n'importe quel temps confondus) mieux se sera. Alpharia se voyait comme une mercenaire, une médiatrice, qui avait pour mission de convertir le plus d'adepte. Pour certain le retour dans le temps avait été vu comme une catastrophe. Beaucoup de personne étaient paniqué et on aurait put penser que pour la Vaughan, ça sera la même chose. Et bien... Non. En fait elle voyait ça plus comme une bénédiction qu'une punition. L'espace d'un instant, elle avait été reconnaissante envers cette Weasley. Juste l'espace d'un instant bien sur.

« Alors, comment ce passe ton voyage dans le futur ? » La séance de persuasion allait pouvoir commencer. L'obliger à parler de ses sentiments dut au voyage spatio-temporelle allait l'aider à savoir sur quel pied danser. Si cela le mettait mal à l'aise, c'était gagné. Il suffirait juste de le convaincre de certaine chose et BOOM ! Par contre s'il était à l'aise dans son futur - ce dont elle doutait grandement - Ce serait plus compliqué.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Lun 2 Jan - 23:17

Peter fut plutôt soulagé de constater qu’Alpharia ne semblait pas vouloir insister, quand il parla de sa médiocrité en cours. Il était content qu’elle ne l’enfonce pas, même gentiment. Mais en même temps, elle n’avait peut-être fait aucun commentaires tout simplement parce qu’elle trouvait sa conversation inintéressante, et préférait orienter le sujet vers quelque chose de plus passionant. Et effectivement, elle trouva un sujet bien différent… et sûrement plus intéressant. Plus complexe, en tous cas. Elle parla de leur voyage temporel. Peter fixa la serdaigle quelques secondes, il oubliait souvent que s’il avait l’impression d’être projeté déjà dans un futur trop lointain, Alpharia, elle, venait d’une époque plus éloignée encore. Ceci dit, Peter doutait fort que le futur d’où venait Alpha était plus glorieux pour lui que ne l’était le futur où il était à présent. Ceux qui venaient de ces deux époques avaient l’air de se détester. L’un dans l’autre, il n’y avait que de quoi déprimer. Apparemment, il ne s’améliorait pas avec l’âge, c’était sûrement tout le contraire, en fait.

Peter se demanda ce qu’il pouvait dire ou non à Alpharia. Il l’appréciait beaucoup, ça ne faisait aucun doute, mais il ne la connaissait pas, au final, depuis si longtemps que cela, il ne savait pas si se confier à elle était des plus judicieux. Tout comme il supposait que ses lamentations allaient l’ennuyer. On pouvait penser que le fait de garder ses blessures et ses problèmes pour lui était une force, mais en vérité, ce n’était rien d’autre que l’une des multiples faiblesses du rouge et or, la preuve de sa timidité, de son manque de confiance… et de tous les défauts qu’il était capable de se trouver. En même temps, la tentation de se confier à elle était forte. Il en avait tellement sur le cœur, sans être capable d’en parler à qui que ce soit, qu’il mourait d’envie de se confier, de dire enfin ce qu’il pensait, de vider ce sac qui pesait si lourd sur ses épaules…

« Ben ça pourrait mieux se passer, ça c’est sûr. Je sais pas ce qu’il y a de pire entre en apprendre trop sur son futur ou ne rien savoir du tout et juste… constater que quelque chose ne va pas. »


En sa qualité de lâche, si on avait laissé le choix à Peter, il aurait certainement demandé à ne rien savoir, mais là, mis devant le fait accompli, il se demandait s’il n’aurait pas été mieux qu’il sache enfin ce qui se passait, ce qui allait lui arriver, une bonne fois pour toutes. Il s’éviterait toutes ces questions, et ces inutiles crises de paranoïa… Mais en même temps, si la vérité qu’il devait apprendre était… désagréable, très désagréable, même, il n’était pas certain qu’il voulait qu’elle parvienne jusqu’à ses oreilles.


« Tu le vis comment, toi? »


Evidemment, pour Alpharia, ça devait être différent, au moins, elle n’avait pas des regards noirs pour seul indice de ce qu’elle avait bien pu devenir. Quoique se retrouver dans le passé… et y trouver ses parents, par exemple, ça l’aurait sûrement beaucoup perturbé.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Mar 3 Jan - 20:29

C'était bizarre. Son père était passionné par le passé, la seconde guerre sorcière et tout ce qui va avec. Il lui avait bien sur parler de Harry Potter, de l'Ordre du Phénix et de Voldemorte et ses Mangemorts, donc bien évidement de Peter. Seulement, le Peter que lui avait "présenter" son père et le Peter qui était assis en face d'elle n'était pas pareil. Les jérémiades décrites par Mr Vaughan avait exaspéré la jeune fille au plus au point, elle le trouvait minable, insignifiant et ridicule mais la les plaintes du Pettigrow donné plutôt envie de le plaindre (juste un peu mais quand même) que de le gifler. Le Gryffondor l'interrompit à nouveau dans ses pensée. « Ben ça pourrait mieux se passer, ça c’est sûr. Je sais pas ce qu’il y a de pire entre en apprendre trop sur son futur ou ne rien savoir du tout et juste… constater que quelque chose ne va pas. » BINGO ! Il était dans la catégorie "mal à l'aise", c'était parfait. Ce n'était pas étonnant qu'il se sente rejeter et mal aimé par la plupart des gens ne vivant pas à son époque, quant on sait ce qu'il a fait. Même elle avait trouvé ça lâche et détestable alors que être à l'origine de la mort d'un ou plusieurs était, pour elle, digne de l'Ordre de Merlin première classe.

« Tu le vis comment, toi ? » Cette question la surpris beaucoup. C'était la première fois que Peter osait s'adresser à elle sur un sujet personnelle, qu'il lui posait une question sans bafouiller sur un sujet si "important". Elle le regarda longuement et lui répondit, sincèrement (le plus sincèrement possible, ce qui n'était jamais arriver entre eux) : « Et bien disons qu'il y a des hauts et des bas. Je me suis plutôt bien intégrer, je me suis fait des amis, j'ai appris des choses sur le passé de ma dynastie et sur l'histoire de Poudlard et du monde magique. J'ai put rencontrer certaines personnes que j'ai toujours admiré. Mais d'un autre côté je me suis très éloignées d'Ivy et Pandora, mes deux meilleures amies, pour me rapprocher de gens qui ont 20 ou 50 ans de plus que moi. C'est... frustrant. » Et voilà. Elle avait baissé sa garde, elle s'était vraiment révélée à quelqu'un pour le première fois depuis... longtemps. Et en plus devant Peter Pettigrow ! Faisant comme si de rien était, elle rejeta ses cheveux corbeau en arrière et joua avec sa cravate.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Ven 6 Jan - 11:02

Peter ne s’était pas attendu à ce qu’Alpharia en révèle autant sur son ressenti. Certes, elle se montrait toujours étrangement sympathique avec lui, mais les gens n’avaient jamais vraiment eu l’air de le considérer comme le confident idéal… et ils ne se connaissaient pas depuis si longtemps que cela. Quand le maraudeur avait posé sa question à la serdaigle, il l’avait fait surtout parce qu’il n’aurait pas été très poli de s’épancher sur la façon dont il vivait cette situation sans demander en retour à son interlocutrice comment elle vivait la chose. Il se sentait plutôt… flatté, qu’elle le considère digne de ses confidences. Et un peu déstabilisé aussi. Peter se considérait lui-même comme l’ami un peu bonne poire, qui est là quand on en a besoin, mais au fond, n’est jamais vraiment indispensable. Pas très flatteur, c’est vrai. Mais le manque d’estime qu’avait Peter envers lui-même ne connaissait aucune bornes.

Peter s’étonnait de voir à quel point une expérience similaire pouvait être vécue de façon très différente. Ce devait être une question de tempérament. Le timide maladif mal dans ses baskets ne pouvait très évidemment pas vivre la même chose de la même manière que la jeune fille ambitieuse et pleine d’assurance. Quand Alpharia disait s’être éloignée de ses amis, Peter, lui, connaissait plutôt le sentiment inverse. Il ne s’était jamais senti aussi proche de Remus, James et Sirius qu’à ce jour, sûrement parce qu’il avait infiniment besoin d’eux. Il n’aurait pas réussi à vivre une telle expérience sans eux à ses côtés, c’est du moins ce qu’il pensait. Ils étaient les seuls à qui il pouvait encore se raccrocher (pour combien de temps?), eux et ces quelques exceptions qui réussissaient à l’apprécier malgré ses multiples défauts, comme Lily ou Poppy. À l’inverse, il ne pouvait pas vraiment dire avoir fait des rencontres bouleversantes, positivement bouleversantes, je veux dire, ou s’être véritablement attaché à qui que ce soit qui ne soit pas de son époque… à part Alpharia, justement, ce qui était sûrement la pire idée qu’il puisse avoir. Et cela était sans doute dû au fait que beaucoup de ces gens du futur l’observaient ou comme un pestiféré, ou comme une bête curieuse. D’un côté, ce n’était sûrement pas plus mal.

Après tout, un jour, ils allaient finir par partir, et par oublier tous les gens qu’il avait appris à connaître ici. S’il n’était pas attaché à trop de personnes, la tâche serait plus facile. Au final, peut-être fallait-il qui remercie tous ces Potter et Potter-Malfoy du futur qui semblaient le détester, ils lui évitaient déjà un bon paquet d’adieux déchirants, et les oublier lui ôterait enfin ce fichu poids qu’il avait sur le cœur, présage que quelque chose allait mal, et qu’il valait sans doute mieux qu’il ne sache pas quoi… et James non plus. L’espace de quelques instants, Peter si demanda si Alpharia, elle, savait ce qui allait lui arriver ou ce qu’il allait faire, mais il avait la (mauvaise) intuition que non. Si c’était le cas, elle ne prendrait pas la peine de lui parler, si? …Et puis, de quel droit se pensait-il devenir assez important pour que cinquante ans plus tard, on se souvienne encore de lui? …si c’était le cas, il n’aurait pas besoin de s’interroger, il saurait déjà ce qu’il allait faire, ou ne pas faire, pour être détesté. Enfin… même si Alpharia avait su quelque chose, il ne le lui aurait pas demandé. Lâcheté, quand tu nous tiens.


« Il va nous falloir un temps d’adaptation. Je suppose… »


Si on leur en laissait le temps. Mais Peter avait l’intuition que oui. Poppy avait raison. Ils rentreraient un jour, oui, mais pas avant longtemps…
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Lun 9 Jan - 13:26

Dans un certain sens, Alpharia était très en colère contre elle-même. Comment avait-elle put se laisser aller et raconter ses sentiments à quelqu'un comme Peter ? C'était indigne d'elle un Gryffondor lâche et misérable ! C'était pire qu'un Poufsouffle. Mais dans un autre sens, elle était soulagée de s'être confier au Pettigrow. De un, il n'était pas du genre à raconter ce qu'on lui confiait si ça ne lui apportait rien, il avait trop à perdre s'il révélait quoique se soit à Potter ou Sirius, de deux, il ne faisait pas partit de son époque et allait surement avoir la mémoire effacée comme tout le monde donc il ne risquait pas de se souvenir de cet entretient très longtemps, et de trois il ne la jugerait pas et ne répondrait rien d'autre qu'une phrase inutile et insinifiante comme d'habitude.

Elle se mordilla la lèvre inférieur, les yeux perdue dans le vague. A présent, il fallait qu'elle fasse un choix : Soit elle partait le plus vite possible, soit elle continuait à être sincère avec le Rouge et Or, soit, enfin, elle faisait comme si de rien était. Bien sur la solution n°1 était impossible et ridicule, tout comme la deuxième en fait, elle choisit l'option n°3.

« Il va nous falloir un temps d’adaptation. Je suppose… » Elle sourit bien malgré elle. il avait raison, pour une fois, et, pour certaine personne, ce temps était déjà passé tandis que pour d'autre, il mettrais du temps à passer. « Oui, de toute façon, j'ai l'impression que le temps qu'on va passer ici- elle désigna la vaste bibliothèque et l'extérieur - sera plus long que ce que les professeurs ont prévu. En tout cas ça ma permis de faire de merveilleuse rencontre. » Bien sur elle ne parlait pas de Peter car aucune personne saine d'esprit ne pourrait qualifier de "merveilleuse rencontre". Elle parlait plutôt de Pansy, Leavy, sa mère, son père, Jézabel et même Sirius, à la limite.

Les yeux fixer sur Peter elle reprit : « En fait, je crois que je n'ai pas envie de partir d'ici. » Même elle ne savait pas si elle parlait de la bibliothèque ou de l'époque en général.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Mer 11 Jan - 10:49

Alpharia confirmait ce que Peter pensait déjà, ils étaient là pour longtemps, très longtemps… trop. Il ne savait pas trop combien de temps il parviendrait à supporter cette espèce d’état d’attente… Un état passif, comme d’habitude. Il n’avait pas envie de s’intégrer, dans cette époque, et même s’il en avait eu l’envie, il n’y serait pas parvenu, tant l’accueil qu’on lui réservait ici était tout sauf chaleureux. Et s’il fallait ajouter à cela que les seules personnes à lui sembler sympathiques le manipulaient… Il aurait voulu accélérer le temps afin de pouvoir le remonter plus vite, il voulait retrouver cette époque insouciante où son seul soucis était d’éviter Regulus, et de planifier avec ses amis maraudeurs leur prochain mauvais coup. Il ne pouvait pas dire qu’il avait fait des rencontres si merveilleuses que ça, rien en tout cas, qui le retienne vraiment, même s’il pressentait que, contre toutes attentes, Alpharia pourrait lui manquer… si sa mémoire n’était pas fort heureusement effacée. Il avait également hâte de ne plus se souvenir… ça lui ferait plus de repos. Il pourrait enfin cesser de se poser les mêmes questions, encore et toujours, elles qui lui martelaient la tête au point qu’il n’arrivait même plus à dormir, lui qui aimait tellement ça.

Tout comme Alpharia ne savait pas exactement de quoi elle parlait, Peter ignorait si elle parlait seulement de la bibliothèque ou de ce temps étranger. Sa faible estime de lui lui suffit à supposer qu’elle parlait sans doute du temps plutôt que du lieu. Qui pouvait apprécier sincèrement de passer du temps en sa compagnie? Il était incapable d’avoir une conversation intéressante, incapable de fasciner ou de captiver les gens, incapable tout court. Elle devait parler de ce temps, oui, ça ne pouvait être que ça. Et sur ce point, il n’était pas d’accord. S’il devait finalement apprendre qu’ils allaient être coincés là, il n’était pas certain qu’il le supporte. Quoique au moins, dans ce cas, ce lui futur qui lui posait tellement problème disparaîtrait, ça, ce serait un soulagement.


« Moi j’ai juste envie de rentrer… »
concéda-t-il.

Un moment, il avait été tenté d’acquiescer, juste pour ne pas dire que son idée était opposée à celle de son interlocutrice. C’était souvent ce qu’il faisait, il approuvait tout et n’importe quoi juste parce qu’il craignait d’être exclu s’il donnait sa propre opinion… au point que parfois, on pouvait se demander si elle avait son opinion propre. S’il s’était permis de se confier à Alpharia, c’est parce qu’elle-même avait fait un pas vers lui. Il n’était certainement pas assez malin pour discerner la moindre trace de stratégie dans son attitude et sa façon de lui parler.


« Je ne me sens pas à ma place, ici. »


Il se sentait rarement à sa place où que ce soit cela dit, mais là…
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Mer 11 Jan - 21:07

Elle baissa les yeux, acte qu'elle n'avait jamais fait dans toute sa vie. Etrangement, elle avait dut mal à garder son regard dans celui de peter. C'était étrange. « Moi j’ai juste envie de rentrer… » Contre toute attente, cette phrase résonna dans toute les parcelles de son corps. Et le pire c'est qu'elle ne savait même pas pourquoi. C'était agaçant, très agaçant, pour elle d'être dans l'ignorance total sur quelque chose qui LA concerne. Alpharia prétendait toujours être maître d'elle même et être la seule de son entourage à vraiment savoir qui elle était. Ses parents en était la preuve la plus... flagrante. Ils étaient tout les deux, adultes, des opposés d'eux même, jeunes. est ce que dans une dizaine d'années, la jeune Vaughan aura autant changée que ses géniteurs. C'était peu probable. Malgré les apparences, elle n'appréciait pas vraiment les changement et autre grand chamboulement.

« Je ne me sens pas à ma place, ici. » Alpharia le comprenait parfaitement. Même si elle s'était très bien adaptée à cet époque, fréquenté des gens qui étaient des grands parents, des parents de ses amis et même ses propres parents n'étaient pas facile et faisait qu'elle ne se sentait pas forcément tout le temps à l'aise. Même quand elle était avec Peter, elle ne se sentait pas à l'aise. en fait, cela était pire. Elle connaissait son futur mais ne savait pas trop ce qu'il savait, ce qu'il était prêt à savoir ou même ce qu'il voulait savoir.

« Tu as appris des choses intéressante sur ton futur ? » Autant posé la question cash. L'ambiance avait changé et était plus tendue. Du moins Alpharia était tendue. Comment se faisait-il que quelqu'un comme Peter puisse lui faire ainsi autant effet. Pour tenter de paraître naturel, elle ponctua ses mots avec un de ses sourire si habituel sur son visage, à demi-narquois et à demi-sincère.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Sam 14 Jan - 17:37

S’il avait appris des choses sur son futur? Absolument rien? S’il avait envie d’y remédier? Rien n’était moins sûr. Ce qu’il avait appris de l’avenir de ses camarades (la mort de James et Lily en particulier), ne lui donnait pas franchement envie d’en savoir davantage. Les seuls indices qui lui étaient donné au sujet de son avenir suffisaient à lui faire comprendre que ne rien en savoir était sûrement le meilleur moyen de se préserver. D’une manière ou d’une autre, il avait dû faire du mal aux Potter, rien d’autre ne pouvait expliquer cette hostilité générale envers lui (il n’était pas très futé, mais assez tout de même pour avoir compris cela), étant donné la vénération qu’il avait pour James et l’affection qu’il avait pour Lily, il ignorait de quelle façon il avait pu mal agir, mais le fait était qu’il avait du faire quelque chose de mal… voire de très mal (ce qui lui semblait étrange puisqu’il ne se sentait pas capable de faire du mal ne serait-ce qu’à une mouche). Il devinait également qu’il n’avait pas dû atteindre les hautes sphères de la magie (en soi, ça n’avait rien d’anormal, il n’aurait pas eu besoin de se rendre dans le futur pour le savoir), et qu’il n’avait jamais fondé de famille… Tout cela était profondément déprimant, et même si Peter essayait d’y penser le moins possible ou de relativiser les choses, les faits étaient les faits, et ils étaient particulièrement difficile de les ignorer.
Il fit donc non de la tête.


« J’aurais sûrement pu apprendre quelque chose si je l’avais voulu, mais je ne suis pas certain de le vouloir… »

En fait, cela restait un dilemme, pour lui. Il avait déjà envisagé la possibilité de le demander à l’un de ces Potter ou Potter-Malfoy qui, à coup sûr, pourraient l’éclairer sur son futur. Mais peureux comme il l’était, il n’était pas sûr qu’il aurait un jour ce courage, d’autant plus qu’il savait pertinemment que eux, ne le présenteraient pas sous son meilleur jour.

Il poussa un soupir qu’il espéra assez discret. L’idéal aurait été qu’ils s’en aillent vite, qu’il perde rapidement la mémoire et qu’il retrouve sa vie monotone d’élève insignifiant. Comme tout le monde, il avait déjà rêvé d’attirer l’attention, mais à présent qu’il goûtait au fait de voir des regards se tourner vers lui - des regards mauvais, bien sûr- il aurait tout donné pour retourner à l’anonymat le plus total, être cet individu transparent, le maraudeur dont on oubliait le nom car il ne faisait et ne disait jamais rien de significatif, car il se contentait de suivre bêtement, sans jamais prendre la moindre initiative. Il aurait aimé se promettre de ne plus espérer attirer l’attention lorsqu’il aurait retrouvé son temps, mais puisqu’à ce moment là, il ne se souviendrait de rien… Les seuls leçons qu’il aurait pu tirer de cette situation désagréable, il ne les retiendrait pas, c’était idiot… mais pas forcément plus mal, l’ignorance, parfois, était une véritable bénédiction.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Sam 14 Jan - 20:51

Les yeux braqués sur le Pettigrow, elle l'observa hocher négativement de la tête. C'était bien ce qu'elle pensait. Les gens du futur de Peter n'allait pas le voir pour lui dire « Eh ! Salut Peter ! A au fait tu sais que plus tard tu va livrer tes meilleures amis à Voldemort et envoyé un autre de tes meilleur ami à Azkaban ? » Le Gryffondor en serait très surement étonné et effrayé.

« J’aurais sûrement pu apprendre quelque chose si je l’avais voulu, mais je ne suis pas certain de le vouloir… » Ouai, ça c'est sur. Du moins, certaines personnes lui aurait révélé des choses sur son futur avec plaisir, des gens comme Alpharia par exemple tandis que d'autre aurait surement fais tout leur possible pour éviter ce sujet considérer comme tabou chez certains. « Ca t'effraie trop ? je comprend. Ma mère m'a révélée un secret assez... bouleversant une fois. Maintenant ça m'obsède. » La volonté de la Vaughan n'était pas tellement de révéler des choses sur elle à Peter mais plutôt de le mettre en confiance, le forcer à poser des questions sur son futur. Quel plaisir Alpharia aurait éprouvé si elle avait put révéler des choses sordides et tristes au Rouge et Or. Bon il est vrai que là, ça pourrait plus le terrifier qu'autre chose mais elle avait parler sans trop réfléchir. Il ne fallait pas que trop de temps s'écoule entre la phrase du jeune homme et la réponse et de son interlocutrice, sinon ça pourrait montrer qu'elle se sert de lui.

Peter poussa un soupir à peine audible mais la jeune fille réussit tout de même à le percevoir. Elle interpréta celui-ci comme une démonstration de dépit. D'après ce qu'il lui avait dit plus tôt, il voulait rentrer au plus vite et elle le comprenait au fond.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Mer 18 Jan - 11:14

C’est vrai, ça l’effrayait, ça le terrorisait même. Il aurait préféré qu’Alpharia n’en fasse pas le constat (il était difficile pour lui de cacher le fait qu’il était une poule mouillée, mais il aurait préféré réussir à faire illusion, au moins un peu…), contrairement à ce qu’on pouvait penser, il avait un minimum de fierté, bien cachée, certes, mais de la fierté tout de même… assez pour vouloir se rendre le moins ridicule possible, dans les limites de ses capacités. Mais même si Alpharia avait bien saisi son inquiétude, elle ne le jugeait pas (du moins le croyait-il) ni ne se moquait de lui, elle se montrait compréhensive, et il en était ravi. Il n’y avait personne, dans son entourage proche à qui il pouvait confier ses inquiétudes autrement : les maraudeurs, d’une façon ou d’une autre, étaient concernés par ce qu’il ferait dans le futur, et il ne voulait pas les mêler à ça (tout comme dire à James que toute sa descendance le haïssait était au-dessus de ses forces), quant à Poppy… il ne voulait pas que l’étrange estime qu’elle réussissait à avoir pour lui disparaisse s’il commençait à parler de ça. Même si Peter appréciait Alpharia, elle était toujours une inconnue, pour lui, et pourtant, il avait l’impression qu’il pouvait lui faire confiance. C’était une impression stupide, et qui risquait très clairement de lui porter préjudice, mais il ne fallait pas demander à notre rat préféré de faire preuve d’autant de jugeote.

Peter était d’autant plus en confiance que la serdaigle lui faisait part d’éléments personnels. Simple manipulation, c’est vrai, mais les capacités intellectuelles limitées du rouge et or (qui pouvait malgré tout se montrer méfiant quand on faisait mine de l’apprécier, considérant qu’il n’avait aucune raison de l’autre) ne lui avaient pas permis d’envisager cette hypothèse. Il s’interrogea sur la mère d’Alpharia. Le secret que sa mère lui avait confié, la jeune fille l’avait-elle appris dans son présent ou dans son passé? Elle lui avait dit auparavant qu’elle avait appris des choses sur sa descendance. Elle avait sûrement retrouvé des membres de sa famille, d’autres époques que la sienne, ses parents ou au moins sa mère, peut-être ses grands-parents… Ses grands-parents… Songer que techniquement, quand l’espace temps retrouverait un ordre correct, Peter aurait l’âge d’être le grand père d’Alpharia le mettait infiniment mal à l’aise (peut-être que ça l’aurait consolé de savoir qu’il serait mort bien avant la naissance de la jeune fille? C’était pas vraiment dit..). La jeune fille avait attisé la curiosité du Gryffondor, mais il ne demanda pas de but en blanc à Alpharia de quel secret il s’agissait, c’était indiscret, et qui était-il pour qu’on veuille se confier à lui, ou qu’elle songe à lui révéler des choses qui ne concernaient qu’elle? Il choisit donc d’orienter les choses différemment.


« Tes parents sont à Poudlard? »


La question était mal tournée mais aux vues des circonstances et de ce casse-tête temporel, il n’avait pas trouvé de meilleure formulation. Il s’interrogeait, il avait beau faire le tour des élèves qu’il avait rencontré à Poudlard, il n’en avait pas trouvé qu’il ait songé à apparenter à Apharia… en même temps, il n’avait jamais vraiment chercher. Sans compter que lorsqu’on fixait ses pieds plutôt que de regarder devant soi, on connaissait des gens mieux leurs chaussures que leurs visages.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Invité"

Invité



MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   Jeu 23 Fév - 15:08

Les yeux de la bibliothécaire se posèrent sur Alpharia et Peter avec un certain mépris. C'était facilement compréhensif. Cela faisait un bon quart d'heure qu'ils étaient là et ils n'avaient que parler. Bien sur ils n'étaient pas vraiment à blâmer. Du moins la Vaughan voyait, comme la plus part des élèves, les choses comme ça. Les élèves passaient leur temps à parler depuis la rentrée à cause de la salade de fruit du temps (nom donné par Ivy). Mais Mme Pince ne voyait pas vraiment ça sous cette oeil. Une bibliothèque n'était pas un salon de thé après tout. Un moment, les yeux sombres et glacials de la jeune serdaigle croisèrent ceux de la rigide bibliothécaire. Faisant preuve de son regard le plus sévère, Alpharia engagea une lutte immobile avec Irma Pince. Sans étonnement, ce fut Pince qui baissa les yeux la première. "Trop Forte !" pensa-t-elle.

Se passant légèrement la langue sur ses lèvres rouge, elle reporta son intention, du moins une partie, sur le garçon assis en face d'elle. « Tes parents sont à Poudlard ? » Question intéressante Peter, très intéressante. Mais le jeu continue et La jeune Vaughan dut se concentrer pour essayer de le mettre en confiance, lui répondre franchement, tout en conservant une partie de mystère sur sa vie. « Ils sont du présent donc ils sont en effet ici en ce moment. » Mouai, bon, pas très convaincant mais faudra faire avec. De toute façon il ne risquait pas d'apprendre grand chose avec eux. Ses parents détestait Peter et jusqu'à un certain moment et maintenant jusqu'à un certain point, il en allait de même pour Alpharia.
Revenir en haut Aller en bas

Oh it's "Contenu sponsorisé"





MessageSujet: Re: Quand on est pas doué... [pv Alphy]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand on est pas doué... [pv Alphy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Je suis douée. Très douée. Surtout quand il sagit de me casser la figure. [Calypso][Terminé]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAMN IT HOGWARTS ::  :: 
Time Wizards
-